Fascination


 
AccueilPortailFAQMembresGroupesRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Isabella Swan
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 27
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Ven 22 Aoû - 19:56

( priorité à Anika)

Je venais de finir mes devoirs, nous étions lundi soir...Demain, j'avais cours, c'était pas vraiment plaisant, masi je m'y faisais avec le temps. Le fait que je pouvais observer Edward - le plus discretement possible- me rendait heureuse. Évidement, je suis juste fascinée par lui. N'allez pas croire que je suis une de ces groupies qui bavent lorsqu'il passe près d'elles. Je rêvassais doucement vers Edward, dont la courbure de sa machoir était totalement subjugante...Il était froid, je me demandais bien pourquoi. CRAC! Bon, il falait bien que j'échape une assiète. Effectivement, j'étais entrain de faire la vaisselle...Lorsque je ramassa le tout, j'entendis la voix de Charlie. C'est vrai, il voulait que je l'appelle papa. donc, j'entendis la voix de mon père, qui venait du salon.

'Tout vas bien Bella? "

Je souris en entendant sa voix inquiête. Je m'approcha du salon et lui dit et secouant mes mains trempés:

" Oui, mais pas notre assiète...elle a rendu l'âme..."

Je l'entendis rire ce qui me fit du bien encore. Bon, au moins je ne m'étais pas couper. La senteur du sang me rendait malade et tomber dans les pommes n'était pas la meilleure idée. La vaisselle finit, j'alla me brosser les dents et prendre une douche. Il faisait tellement chaud et humide que le temps était lourd. Une douche bien froide me fit un bien fou. Une quinzaine de minutes plus tard, je me sentie comme neuve. Bien mieu, moins lourde. Je me rendis dans ma chambre pour me mettre en pyjama. Je n'étais pas vriament fatiguée, et je descendis pour aller près de papa. Il était tellement concentrer par la télé que lorsque j'appuya ma tête contre son épaule il fut surpris. C'était, cependant, réconfortant. Pourquoi? Je n'avait pas vraiment de raison particulière. Une heure plus tard, Charlie alla se coucher. Il était tard, nous étions un jour de semaine, ne l'oubliez pas. Il me dit bien entendu:

" Ne te couche pas trop tard, hein ma chérie? "

Je souris encore une fois et lui répondit:

" Je ne tarderai pas papa.."

Plus tard, je me rendis compte que j'avais besoin de réfléchir. Réfléchir sur ce qui se passait à forks pourquoi je me plaisais à forks...pourtant tout était gris...et vert. Beurk trop vert.. Mes pas me conduirent à l'extérieur. "miaou" j'entendis. Un chat? Dans cet endroit? Pourquoi tout ça. Je sortie, ferma la porte pour ne pas laisser entrer de courrant d'air. Mon pyjama ( une camisole noir et un pentalon à carraux.) virvoletait au vent. Le soleil se couchait devant moi... Je suivis le son de l'animal et le vit un peu plus loin. Cependant, j'étais rendu plutôt loin de chez moi. La forêt. Il fallait que je rentre à la maison. Il était tard...et ce n'était pas que j'aimais me promener seule la nuit...mais bon ça ressemblait à cela. Mais une question percuta mon esprit: Pourquoi ce chat?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forkstentation.forums-actifs.com
Anika Volturi
Volturi's sins
avatar

Féminin
Nombre de messages : 297
Age : 26
Localisation : dans cette bulle imaginaire qui est la mienne ...
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Sam 23 Aoû - 9:59

[ je tape rapidement quelque chose, sans doute cela ne ressembrlera t il pas a grand chose, mais je suis avec un autre ordinateur, dont le clavier est un qwerty et non un azerty, et c est pour moi un vrai challenge d ecrire avec ca ||| aucuns accents, rien, une ponctuation de base ... >.< pardonnes moi donc >.< ]


Cela faisait maintenant quelques jours qu elle etait arrivee a Forks, et a par ses rencontres avec les nouveau membres Cullen, et le bel Antonin croise dans la foret, elle n avait encore rien trouve de bien interressant avec quoi s amuser... En clair, elle s ennuyait profondement, et elle songeait fort a trouver un humain a torturer. Heureusement qu elle n etait pas avec Esmee | Elle repensa a leur partie de chasse en tete a tete, et sourit. Oui, cela lui avait apporte un certain reconfort de l entendre lui tenir de tels propos. Elle le sentait, elle serait toujours la bienvenue chez eux, malgre la repugnance qu elle pouvait avoir envers les nouveau vampires qui vivaient avec eux a plein temps. Pourtant elle sentait que ces derniers ne lui voulaient aucun mal, et c etait sans doute cela le pire | Elle leur en voulait juste d exister ... De lui ravir des proches auxquel elle tenait, presque autant qu Aro ... Mais cette jalousie finirait par disparaitre, meme si elle devait y mettre une petite cinquantaine d annee... Oui, elle oubliait vite.
Toute a ses reflexions, elle se dirigeait tranquillement a la lisiere de la foret. Elle s etait rendu dans la petite clairiere ou elle avait rencontre Antonin, cet etre si fascinant, tentant de le retrouver. Mais malheureusement, cette nuit la, il ne s y trouvait pas, et elle avait beau l y attendre, elle sentait pertinement qu elle ne le reverait pas en cet endroit ce soir la. Pourtant, son sixieme sens la prevenait qu une rencontre ne tarderait pas, et que sans doute, elle le retrouverait le jour d apres. Pourquoi une telle impression ? Rien qui figura dans la journee du lendemain- rentree scolaire ...- n etait prometteur de telles retrouvailles ... Mais elle faisait toujours confiance a la petite voix qu elle entendait dans sa tete, et revoir cet ange vampirique etait une source de grande joie pour elle.

La lisiere se profillait a quelques metres devant elle, et elle laissa echaper un long soupir de deseption. Cette nuit encore, elle n aura pas trouve d occupation. Quel endroit nul || >.< Elle souhaitait s amuser, se faire plaisir || Et cette interdiction planant au dessus de sa tete, telle une epee de Damocles ... ''IN-TER-DIC-TiON de tuer des humains, miss Volturi || '' avait clame Carliste en revenant de l hopital le soir meme de son arrive. Elle en avait conscience, s etant prealablement prepare a ce nouveau regime allimentaire. mais entendre l adulte le formuler aussi clairement lui avait fait un certain choc. Elle avait alors arbore son air narquois, et avait lache une phrase seche. Meme si le coeur n y etait pas ...
Donc, impossible de tuer> Mais si elle n hoter pas la vie ? S amuser d une telle facon lui etait il aussi interdit ? ... Non, si le sang ne coulait pas, tout pouvait aller pour le ieux ||
Sur de cette nouvelle idee, elle ferma les yeux et ecouta ce qui se passait hors de sa cachette. Une porte claquait, et un batement de coeur caracteristique se fit entendre. Quelqu un sortait de chez lui, a cette heure tardive ...

Anika- Parfait ...

Alors, elle laissa s echapper de sa tete des lambeaux de son monde imaginaire. Comme des serpents odorants et sensoriels, ils s insinuerent dans le cerveau de la jeune fille qui s approchait sans le vouloir d un danger imminant. Anika s enfonca a nouveau sous le couvert des arbres, cette humaine sur ses pas. La Volturi rit, elle voyait elle aussi le chat noir que cette fille croyait voir. Son imagination etait un vrai don... Elle imagina le felin courrir, et se frotter ensuite aux jambes de la sang-chaud... Elles etaient arrivees ...


Dernière édition par Anika Volturi le Sam 25 Oct - 9:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://menkinda.skyrock.com/
Isabella Swan
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 27
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Dim 24 Aoû - 18:05

Je me demandais ce que je faisais là. Je n'avais pas l'habitude de me retrouver dehors alors qu'il était onze heures, dans une forêt. La lune était pleine, cette nuit là. Énorme, et bien ronde.Il y avait peu de nuage et les étoiles étaient éclatante. En gros, c'était une belle nuit pour se promener. Je n'avais pas vraiment l'intention de continuer à m'enfoncer dans la forêt. Cependant, j'étais tenter de voir où se cachait le fameux chat, un peu plus loin. Je voyais la bête à quelques mètres de moi. Juste quelques pas encore à faire....encore... Il n'était plus très loin, après un moment, je me rendit compte que je ne voyais plus la lumière de la route. Oups...Mais c'était quoi cette idée stupide de sortir en pleine nuit aussi? Je ne savais même pas où j'étais. Les bruits de la forêt devenait de plus en plus inquiétant. J'entendis des dizaines de craquement, parfois qui venait de loin, d'autre fois de proche. Je me doutais que c'était des petits animaux, mais j'espérais grandement que je n'aurais pas à faire à un ours ou un loup. J'avais entendu dire qu'ils y en avaient quelques uns dans le coin. Je ne croyais certainement pas aux fantomes, mais les bruits et la nuit de faisaient pas bon ménage. Les films d'horreur que j'avais vu, me revenait en tête et je sentais une certaine peur monter dans mon corps. Mon coeur se serra tellemetn fort que j'en avait un peu mal à respirer. Je frotta mes bras, car je n'étais qu'en camisole et la nuit, une certaine fraicheur s'instalait à Forks. Ce n'était pas comme Dans le nord, où on atteignait facilement des -30 ou des -40, en hiver.

Je fis demi-tour. croyant sans doute qu'en revenant sur mes pas, je retrouverai mon chemin. Cependant, je savais bien que ce n'étati pas un chemin déjà tracer. J'avais tourné des dizaines de fois à gauche et puis à droite. En gros...Je n'avais aucune espèce d'idée où je me trouvais. Je n'avais même pas de Cellulaire, et même encore, je me demandais si j'allais avoir un réseau. J'avais laissé tomber le chat, me disant que ça ne servait strictemetn à rien.
* je suis vraiment idiote quoi! Pourquoi je me suis rendue là?...oui bon, j'avais besoin de réfléchir, mais je pouvais très bien le faire dans mon salon ou dans ma chambre. Je n'avais pas nessessairement besoin d'air frais...Et puis, comment je vais retrouver mon chemin?*

C'était vrai, tout se ressemblait. Tous les arbres étaient pareils, et je n'téais pas assez intelligente pour laisser quelques miettes de pain ou des roches derrière moi. Je soupira et regarda autour de moi...comme si j'espérais rencontrer quelqu'un pour m'aider. Étonament, je vis un visage....Imaginez ma surprise...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forkstentation.forums-actifs.com
Anika Volturi
Volturi's sins
avatar

Féminin
Nombre de messages : 297
Age : 26
Localisation : dans cette bulle imaginaire qui est la mienne ...
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Dim 24 Aoû - 18:42

Plusieurs fois, elle avait rebroussé chemin. Anika tremblait d'excitation. Elle sentait le cœur de cette petite humaine s'affolait, à cause de la peur qui naissait en son sein... Lorsqu'un sang chaud est parcouru d'un tel sentiment, son odeur corporel change, et devient plus épicé, plus... tentant. Mais il fallait qu'elle résiste. Elle ne devait pas se nourrir d'elle, non non non... Mais seulement jouer, oh oui... Jouer.

Voilà que la jeune fille était trop effrayée, et elle délaissa l'apparition du chat pour se concentrer sur une sorti, une issus de secours... Mais elle ne savait pas, ou en tout cas, ne se rendait pas encore compte, qu'elle était tout bonnement piégée... Et que les mailles du filet se refermaient petit à petit sur elle.

Le parfum devenant trop enivrant, la belle Volturi cessa d'attendre. Si elle patientait trop, l'individu qui s'enfonçait dans les bois en croyant s'en échapper aller finir par réveiller le vrai monstre qui se cachait, tapit au fond de l'Italienne... Et cela n'était nullement recommandé.

Alors elle effaça la vision, la sortit de son rêve éveillé. Elle se déplaça en un éclair, et se mit en vue de l'humaine. Sa surprise fut sans égale. Quoi de plus normal, de toute façon ! Qui ne pourrait pas être surpris dans de telles conditions, en découvrant un visage séraphin au détour d'un arbre identique à son voisin ? Un visage aux lignes si parfaites, et si adorables ?! Des yeux si rouge, des lèvres si rose, laissant apparaître des dents si blanches, si... longues...

Anika souriait, comme à son habitude. L'hébétitude de cette sang chaud la faisait gentiment ricaner. Elle rejeta la tête en arrière en faisant danser ses cheveux dans une brise imaginaire. Qu'est ce qu'elle ne donnerait pas pour se voir à travers les yeux d'une humaine, elle, une vampire si gracieuse... Elle aurait voulu se rendre entièrement compte de l'ampleur des dégâts et des ravages qu'elle provoquait dans le cœur et dans l'esprit des faibles gens. Elle aurait voulu savoir, pour pouvoir augmenter cette force...

Elle planta ses yeux de lynx dans ceux, terrifiés et égarés de ce joli brin de fille en camisole. Elle n'avait vraiment pas de chance...

*Tiens ? Et pourquoi pas lui dire ? *

Anika, dans un mouvement trop rapide pour l'œil humain, se rapprocha encore et saisi le menton de l'adolescente. Elle lui souleva la tête, et, à son oreille, vint lui murmurer

Anika- Bravo jolie demoiselle ... Tu viens de faire la rencontre du siècle ! ... Tu n'as pas de chance, pauvre mortelle ...

Elle ammena son visage tout près du sien, collant sa joue contre la sienne ... La chaleur qui emmanait de ce corps était tellement tentant ! ... Il lui procurait un bien fou ... Rien qu'en posant sa peau contre la sienne, elle sentait ce liquide douceatre coualit à travers les veines qui parcouraient son visage ... Elle entendait son coeur battre la chamade ! ... Tellement excitant ... Elle approcha son nez au creux de sa nuque, et huma son parfum ... Il n'était pas comme celui de tous les autres humains ... Il était ... Beaucoup plus ... fleuri, avait elle l'impression ...

Anika- Huum ... Tu sens bon ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://menkinda.skyrock.com/
Isabella Swan
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 27
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Dim 24 Aoû - 19:09

...Imaginez ma surprise. C'était le visage d'une jeune fille qui devait être de mon âge, ou peut-être un peu plus jeune. Je n'étais pas vraiment douée pour découvrir l'âge des gens que je rencontrais. Elle était d'une beauté encore hors du commun. Je ne fis pas tout de suite le raprochement avec la famille Cullen, que j'avais rencontré quelques mois plus tôt. Quand même, je ne pouvais pas savoir que tout le monde ou presque dans cette foutue ville étaient ensemble. Ce n'Est seulement lorsque je remarqua ses yeux bordeaux, que je me souvint d'une visite d'Edward et d'une de ses cousines. La cousine du jeune homme et de cette inconnu était semblable...non pareil. La beauté était semblable aux Cullen et même si je ne savais pas d'où tout ces gens pouvaient être aussi magnifique, j'en devenait presque bougonneuse. En effet, je n'étais pas un exemple de beauté, selon mon avis. J'avais les cheveux auburn plat, trop plat peut-être et des yeux chocolat. Je ne me trouvais pas très mince, mais au moins, je n'étais pas comme une de ces filles dont le poids et la minceur était important. Honêtement, je m'en foutais complètement et c'était bien mieu comme cela. Pour en revenir à cette femme, devrais-je petite dire, jeune adulte ou même jeune fille, comme vous voulez, elle avait bien d'autre chose de particulier que sa beauté en général. On ne pouvait pas dire qu'elle était très grande, mais malgré tout, son regard et sa posture, démontrait tout le contraire. Elle semblait sure d'elle. Cette fille ressemblait presque à un ange. Un ange dont les cheveux blonds me rendaient totalement pleine d'admiration. C'était un ange en tout point. S'il y avait eu un aura autour de cette demoiselle, j'aurais sans doute cru à une apparition. Je rêvais. Un mirage parce que j'étais désespérée. Désespérée de retourner chez moi. Mes yeux chocolats la regardaient toujours aussi surprise. Cela aurait été un ange s'il n'y avait pas ces dents...ces canines plutôt longues...Bien trop longue à la vue de l'humaine que j'étais.

Je ferma les yeux un instant. Une seconde au maximum mais on aurait dit que cela avait durée bien plus longtemps car cette fille était maintenant près d'elle. Je ne rêvais peut-être pas finalement. Dans les rêves, ont ne ressentait pas la douleur...On ne pouvait pas toucher les choses voyons. C'était tout bonnement impossible. Je ne voulais pas croire que c'était bien la réalitée. Tout ça était trop irréel. Sa voix était aussi angélique que son apparence quoi qu'un peu plus sadique. En même temps, je sentis une pression sur mon menton. Pourtant un millième de seconde plus tôt, je n'avais rien sentie. Cette inconnu était bien trop près de moi. Je sentis un mouvement et je ne pu me résoudre qu'à obéïr. Je leva ma tête et à mon oreille entendit ces mots. De la chance? En effet, je n'en avais jamais eu. Je n'arrivais pas à répondre. J'étais figée. Cela m'arrivait toujours. Elle fit approcher mon visage tout près d'elle, assez pour que je puisse sentir le froid de sa peau. Comme Edward. C'était pareil. Exctement pareil. Le froid de son contact faisait constraste à la chaleur de la sienne. Malgré mon coeur qui battait bien trop vite, le froid me pénétrait. J'avais la sensation de devenir comme glaçon.

Cette inconnu semblait prendre un tel plaisir que cela lui fit peur. Elle émanait la peur, la transpirait. L'être se déplaça en métant sa nuque à découvert. Elle l'entendit respirer ou peut-être renifler. je ne sais pas. C'était renifler alors. Une chance que je venais tout juste de prendre une douche. Imaginez si je puais mouais'. Je ne pu m'enpêcher de frissonner. Je ne pouvais pas rêver...malheureusement. J'aurais presque tout donner pour que cela soit le cas. Je ne sais pas si j'avais prononcer le nom d'Edward. J'avais trop froid, il était si pénétrant. J'essayais de me défaire de son emprise en vaim. Edward, pourquoi pensais-je à lui? Ah oui, bien entendu...ce rapprochement déboussolant et tant que j'aimerai qu'il soit là....

"Laissez-moi..."

Réussis-je à prononcer finalement.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forkstentation.forums-actifs.com
Anika Volturi
Volturi's sins
avatar

Féminin
Nombre de messages : 297
Age : 26
Localisation : dans cette bulle imaginaire qui est la mienne ...
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Mer 27 Aoû - 18:49

Anika- Huum... Tu sens bon...

Elle renifla cette odeur, ce parfum si particulier, cherchant en vain à se le rappeler. Mais jamais elle n'avait, dans sa longue existence vampirique, déjà renifler une telle fragrance. Alors, elle incrusta dans son cerveau la composition si particulière que créait le corps de cette demoiselle, se promettant de ne jamais l'oublier... Ainsi, si elle le voulait, elle pourrait la retrouver pour un jour, qui sait ? Se nourrir de ce sang si fleuri...
Je ressenti avec joie le tremblement qui parcouru soudainement le corps de cette fille. Elle aussi était en son pouvoir, elle était sous son contrôle...
La fille tremblait et tremblait encore, et son cœur battait à tambour battant … Et soudain, contre toute attente alors qu’Anika s’apprêtait à déposer un baiser cruel sur cette nuque qui lui criait de venir à sa rencontre, voilà que cet être finit par parler. Elle se mit à prononcer le seul et l’unique prénom qui pouvait la sauver. Sortant d’entre ses lèvres douces et chaudes, elle murmura plusieurs fois le nom du « cousin » de la Volturi. Mais comment diable pouvait elle connaître Edward !!! Anika était furieuse … Cette simple humaine, vu la façon qu’elle avait de prononcer ce nom tant aimé, avait une relation particulière avec le vampire … Il faudrait que lui et elle ait une discussion très rapidement. Mais tout d’abord, elle voulait, et elle exigeait de connaître la nature des sentiments de cette sang chaud envers le Cullen en question ! Elle pinça des lèvres, se redressa un tant soit peu,
tout en serrant toujours cette horrible petite peste entre ses bras ultra puissant. Heureusement que sa jalousie ne l’étouffait pas toute entière, car elle aurait pu arrêter soudainement de retenir sa force ! Et là, le pire serait arrivé … Au matin, les journaux locaux auraient tous annoncé la découverte d’un cadavre émietté, retrouvé aux abords de la forêt … Mais cela n’arriverait pas. Elle se contenait. Pour l’instant …
Elle braqua toute son attention sur cette créature qui se débattait au creux de ses bras. Cette dernière finit par ouvrir la bouche pour dire autre chose qu’ « Edward ! »

Voice- Laissez moi …

La colère de la belle et terrifiante vampire se décupla. Comment pouvait elle même oser lui donner un ordre ?!! C’était inimaginable ! Un grognement sourd sortit de sa gorge, mais elle ne la brisa pas encore. Cette humaine avait un rapport avec le Cullen, et de plus, on lui avait interdit de tuer … Horrible sensation que de tenir entre ses mains quelque chose de si fragile que cette fille, tout en ne pouvant pas l’abimer juste un peu. C’était … à la fois vexant, frustrant et horripilant.Elle prononça à nouveau son prénom à lui … Elle souhaitait tant le voir … Perverse et sadique, Anika décida de réaliser son vœux.

Elle ferma les yeux, et sans la moindre hésitations, fit apparaître derrière ses paupières closes l’image d’Edward tel qu’elle l’avait connu un siècle auparavant. Comme elle s’en doutait, il ne devait pas beaucoup avoir changé, car la jeune fille entre ses bras, prise par l’hypnose, vit elle aussi la silhouette si apprécié du bel homme, et cria son prénom, l’appelant de toutes ses forces pour qu’il vienne l’aider.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://menkinda.skyrock.com/
Isabella Swan
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 27
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Jeu 28 Aoû - 21:02

[center]Je me demandais ce que je ferais si cette fille me lâchait. On ne pouvait pas savoir d'avance comme les gens agissaient dans ce genre de situation. En effet, la peur peux avoir prit contrôle de notre corps, et je n'aurai pas pu bouger d'un poil. Évidement, j'espérais agir tout autrement. partir en courant peut-être et essayer de trouver ( bien que retrouver serait mieu approprier) mon chemin. En y réfléchissant, courir n'étiat peut-être pas la meilleure idée. Quand c'est ça qui arrivait, dans les mauvais films d'horreur, la personne, moi en l'occurence, tombait toujours et c'est à ce moment qu'elle se faisait tuer. Eh oui, je ne pouvais pas m'empêcher de penser que j'allais mourir. Du moins dans ce rêve. En espérant que je me réveille avant que cette chose ne plante ses dents dans mon cou. Car j'avais reconnu cette créature. Je n'étais pas une fille qui écoutait beaucoup les films d'horreur mais tous -tellement populaire ces créatures de la nuit -connaissait l'existance des vampires dans ces histoires fantastiques. C'est fou comment cette fille ressemblait à Edward. Pourtant, je me doutais bien qu'il n'y avait aucun lien de famille entre lui et Elle. C'était évident, les vampires n'étaient pas supposés sortir le jour. Le soleil devait les bruler. Dommage que je n'avais pas, avoir moi, un peu d'eau bénite ou un bon pieu. Je me demande si j'étais assez forte pour planter un pied dans un coeur...même mort. Et je savais que je rêvais, malgré que j'arrivais à avoir mal,à sentir le froid...Même si tout semblait si réel. De toute façon, ce n'était pas la première fois que ce genre de rêve prit part dans mon sommeil. Ça n'avais jamais été si intense, mais il fallait bien un début à tout.

[i]Bref, je savais que cette fille me reniflait, la façon dont le nez était légèrement plisser mais aussi avec ce regard d'extase que son visage abordait. Ce n'était pas vraiment rassurant. Je la sentais tellement heureuse, et ça me rendait nerveuse. Qu'est ce que j'avais mangé pour rêver à un vampire? Pourtant, je n'avais pas vu de film ne rien lu à ce propos. Pour rêver à un vampire aussi...terrifiante alors qu'elle avait l'apparence d'un ange. Je la senti s'approcher doucement, vers mon cou, attendant le baiser mortel, et que ce monde onirique disparaise et enfin me laisser place au vrai monde. À ce moment, comme dit plus tôt, je ne sus pas si j'avais prononcer le nom du garçon aux yeux topaze et au cheveux de bronze. Mais à son expression, je ne m'étais pas contentée de le pensé, une dernière fois. Mon rêve allait duré plus longtemps. Je la regardait toujours effrayé, mais la senti lâcher prise de mon cou. je fit un pas vers l'arrière, sans pour autant être capable de prendre mes jambes à mon cou. Je ne pouvais pas savoir que cette fille était si "amie-amie" avec Edward. Cette fille le connaissait. Je m'en rendais compte, je n'étais pas totalement idiote. - je ne pouvais pas m'empêcher de me répéter le fait que je rêvait. Et puisque c'était le cas, je pouvais facilement croire qu'Edward était un chien et mon père le frère de cette vampire. j'avais une imagination plutôt fertile...- Elle semblait comploter, ou je ne sais pas et moi, pauvre demoiselle, je me contentait d'observer. Mon cerveau ne répondait plus à mes comendements. J'étais figée...comme je me répète toujours et encore. Seuls mes bras répondaient toujours et je replaça une mèche de cheveux, qui était devait mes yeux, derrière mon oreille. Signe que j'étais plus que nerveuse...masi ça, vous le saviez déjà. Quand cette inconnu reprit un peu contrôle, ( la chanceuse >

_________________




Dernière édition par Isabella Swan le Lun 1 Sep - 13:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forkstentation.forums-actifs.com
Anika Volturi
Volturi's sins
avatar

Féminin
Nombre de messages : 297
Age : 26
Localisation : dans cette bulle imaginaire qui est la mienne ...
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Sam 30 Aoû - 12:23

Edward était là, tendant la main vers elle. Elle l’appela, toujours prise dans l’étreinte de la vampire. Elle cria son nom, lui demandant de l’aider. Il n’approchait pas, et Anika, elle, riquanait. Elle l’appela encore, sa voix de plus en plus faible… Ses accents chevrotants finirent par se taire. Anika, surprise, baissa la tête pour savoir ce qui se passait. Elle comprit à l’expression perdue qu’affichait l’humaine que son apparition hypnotique n’était pas d’assez bonne qualité … Quel avait été le problème pour qu’elle s’en rende compte si facilement, et surtout, si rapidement ?! … Elle ne savait pas … Sans doute l’habillement dans lequel elle l’avait visualisé n’était aujourd’hui plus d’actualité … Elle se mordilla la lèvre inferieure, furieuse contre elle-même. Puis elle regarda encore sa jeune prisonnière. Une étoile filante étincelait sur sa joue, une unique larme qui à elle toute seule prouvait tout son désespoir. Elle leva la tête vers la Volturi, et lui affirma ce dont elle doutait.

Voice- Ce n’est pas Edward.

Dans sa voix perçait toute la terreur de la scène, mêlée à la déception que lui avait procuré le faux-Edward. Elle y avait cru si dure, pendant seulement un instant ! … Mais Anika était découverte. Elle jeta la tête en arrière, et hurla de rage. L’apparition s’évapora, aussi vite qu’elle était arrivée. Elle n’avait était qu’un courant d’air… Quand elle eut disparu, l’air se fit plus dense, et la forêt plus noire autours des deux filles. La Volturi grogna et feula, tenant toujours sa proie entre ses mains. Un combat intérieur se livrait en elle. Elle ne savait pas si sa colère l’emporterait et qu’elle finirait par tuer cette isolante qui l’avait démasqué si prestement, alors que personne ne l’avait jamais fait. Ce fait réel lui démontrait qu’elle n’était pas infaillible, et cela la répugnait d’elle-même. Alors le châtiment devait tomber, elle devait se venger. Mais de l’autre coté, elle était sur le territoire des Cullen, et sa proie n’était autre qu’une amie d’Edward ! … Elle devait se retenir … Elle était en train de se convaincre de la laisser filer, quand l’imprudente répéta dans un sanglot le nom du Cullen. Sa rage prit la première place sur tout le reste.
Elle projeta cette fille contre le sol-violement certes, mais pas assez pour qu’elle se rompisse la nuque sur une racine sortante. Elle était chanceuse … Elle se jeta sur elle, les crocs relevés. Ses prunelles s’étaient rétrécit pour laisser place à une fente rougeoyante, comme le jour même de son arrivée au manoir récemment. Ses traits se tordirent dans une expressions terrifiantes, et l’ange se transforma soudain en démon revenant tout droit des tréfonds de l’enfer.
Sa mâchoire claqua à seulement quelques centimètres de son visage.

Anika- Qui es tu donc pour connaître Edward ?!!

Elle la regarda intensément, la fusillant du regard. Les lèvres de la sang chaud bougèrent, mais soit le volume ne fut pas assez élevé, soit la peur lui empêcha de sortir le moindre sons. Anika n’avait rien entendu, et elle feula.

Anika- Tu n’as pas à lui tourner autour, tu m’entends ?! Tu n’es rien !!

Elle voulait la détruire, sur le champ. Elle voulait la faire disparaître. Cette fille, qui gémissait sous elle, lui donnait la nausée. Elle devrait revenir rapidement auprès des Volturi, les rois des vampires, pour leurs annoncer tous les problèmes qu'il y avait dans cette petite bourgade de Forks. Tout d'abord il y avait beaucoup trop de nouveaux êtres démoniaques dans les environs, et les habitants s'emblaient au courant de leurs existence ! Cela était interdit ! ... La colère d'Anika retomba quelque peu. Rien ne prouvait que les gens vivant dans les parages étaient au courant. Même pas cette fille, qui connaissait l'un des Cullen- Oui, il s'agissait de son préféré, d'Edward ... – ne semblait en réalité savoir quelque chose de trop sur son identité … Il fallait qu’elle soit absolument sure de ses accusations avant de pouvoir les faire juger devant les plus puissants. Alors, toujours le visage déformée par la rage qui l’animait, elle se releva doucement, regardant cette chose roulée en boule sur le sol. Elle la toisa du regard, et enfin, reprit son interrogatoire.

Anika- Je veux tout savoir. Que sais tu exactement de ton ami Edward ? … Qui est il pour toi, à tes yeux ? … Ne me mens surtout pas !!! Je le saurais et tu mourra … Ce serait bête …

Parcouru d’un tremblement, la créature humaine ne releva pas. Elle semblait en nage, priant pour qu’elle soit en plein cauchemar, pensa rapidement Anika. Autant prendre les choses en main. Effaçant toutes traces d’animosité de son visage, elle souleva la jeune fille et la porta dans ses bras. Elle se mit à courir vers la lisière du bois,là où elle l’avait entraîné vers elle grâce à l’image du chat noir, la portant dans ses bras telle une princesse. Arrivée sous le couvert des derniers arbres- ou premiers, cela dépend de si on rentre ou sort de la forêt ! >.<- elle s’asseya sur l’herbe tendre et humide, et, la tenant toujours contre elle, elle prit sa voix la plus veloutée pour lui pauser ses questions. Sa vengeance ne serrait pas pour maintenant- s’il y avait vengeance un jour …
Plongeant son regard dans les yeux embué qui lui faisait face, elle lui reposa les deux questions qu’elle lui avait pausées un tout petit peu avant. Attendant sa réponse, elle voulu lui chuchoter son prénom pour la rassurer. Mais elle se rendit compte qu’elle ne savait pas comment elle se nommer.

Anika- Dis moi d’abord, petit ange … Comment t’appelles tu ?

Son prénom lui serait aussi utile si elle devait en venir à parler avec Edward. Elle pourrait l’accuser plus justement, en lui assénant des tirades criardes ponctué du prénom féminin. Même s’il lirait dans son esprits ses intensions à plusieurs kilomètres à la ronde, tellement elle lui en voulait …

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://menkinda.skyrock.com/
Isabella Swan
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 27
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Lun 1 Sep - 15:05

( mon post d'avant s'est effacer d'une partie mouais' ça me fait chier en svp...)


Ce n'était pas lui. Il n'avait pas le même regard lorsqu'il me regardait. Ses yeux étaient de cette couleur de pierre, la topaze, mais quand son regard me croisait, il était tendre et distant à la fois. Là en ce moment, C'était seulement de la distance. Peut-être de la haîne, je ne sais pas. De toute façon, je n'arrivais plus à distinguer les choses autours de moi car mes yeux était brouiller par des larmes qui ne coulaient pas. Je ne connaissais toute les coubures, les regards, presque tout de Edward, et une pâle imitation de cet être, ne pouvait pas me mettre dans le tord bien bien longtemps. Je l'avais observer, sans grande gêne, pour connaître tout sur lui, ou presque. Et je peux dire que je ne m'en lassait, ( et lasserais) jamais. Lorsque je leva la tête pour lui dire que ce n'était pas le Edward Cullen qu'elle connaissait, je remarqua que cette fille se mordait la lève. Pourquoi tant de détail dans un rêve? Je me le demandais encore. Bref, elle de mordillait la lèvre, signe qu'elle remarqua son erreur. J'étais tellement déçu que ce ne soit pas Edward. Car en ce moment, je me sentais bien perdu. Avant que je ne puisse ajouter quoi que ce soit, cette ange/démon hurla de rage et je ne pu que frémir. C'était effrayant d'entendre ce hurlement. Au loin, Edward disparut. Bordel, sa présence, même si elle était complètement bidon, m'avait rassurer. Je murmura une seconde fois le nom d'Edward, comme pour me faire croire qu'il n'était pas réellement partie. Mais je savais, tout au fond de mon être, qu'il n'était plus là, qu'il n'avait, en fait, jamais été près de moi. Il me manquait. Je devais me l'avouer. Une seconde larme coula le long de ma joue mais je sentie alors une douleur à la tête et au bras gauche.

J'étais rendue sur le sol, et les quelques secondes plus tôt me revint à l'esprit. Cette fille m'avait projeter au sol. Mon bras me faisait souvrir car mon attérissage avait fini dessus. J'avais aussi un sacré mal de crane car, évidement, il avait aussi frapper le sol. Mais bien sur, une fois n'était pas assez. lorsque la demoiselle se jeta sur elle, sa tête frappa le sol une seconde fois. J'ouvris les yeux, surprise, et les ferma subitement. J'espérais que la douleur allait partir. Je ne pouvais pas bouger les bras, car elle était sur moi, j,avais mal, tout ça m'étourdissait. Elle s'approcha de moi, à quelques centimètres de mon visage, pour me dire, presque en crachant: Elle avait l'air furieuse. J'avais du mla à répondre. De toute façon, ma voix avait disparu. Peur, choc. elle n'était pas dans le meilleur état pour discuter. Je bougeais les lèvres, aucun son en sortaient. Je sentie un frisson me parcourrir l'echine, lorsque, encore cette fille ce mit à gueuler: Ça, je m'en était douter, dans son regard ça ce voyait. On aurait dit qu'elle réfléchissait et cette fille se leva enfin! Son poids, et le froid que sa peau dégageait fut un soulagement lorsqu'elle se leva. On aurait dit, qu'enfin, mon corps pouvait généré de la chaleur. Je m'Assit sur le sol, rassemblant mes jambes contre mon corps frigorifié.
Elle connaissait bien Edward, je ne pouvait que répéter ça dans ma tête. Je n'arrivais pas a répondre à ses questions. Elle s'approcha de moi, je reculla. Elle voulu me prendre dans ses bras, mais je résista. J'étais cependant, pas assez forte et elle reprit vite le contrôle. J'étais dans ses bras, comme si mon poid ne lui important pas. Elle avait l'air pourtant fragile, si faible. Elle courrait. Vite, tellement vite que ça me donnait presque mal au coeur. En tout cas, je n'avais plus besoin de retrouver mon chemin. Nous avions sorti de la forêt.

pendnat, le court voyage, je lui demanda une seconde fois:

" Laissez moi partir"

Elle s'assit, et me trainait toujours avec elle. L'ange démoniaque plongea ses yeux bordeaux dans les miens. Je frissonnais mais je ne pouvais bouger. Ma voix était toujours rouée et c'était plus que désagréable. L'inconnu reposa ses questions.

Je le regarda surprise. je n'étais pas à ce point imbécile. Je n'allais certainemetn pas dire mon nom à une fille qui avait fallit me tuer.

" Je ne suis qu'une amie d'Edward...Tout le monde se connait à Forks. Et de toute façon, il ne passe pas innaperçu. ><' "

Je ne voulais pas non plus qu'il ait des problèmes à cause de moi. Cependant, je n'avais pas pu m'empêcher d'ajouter le reste de ma phrase. C'était sortie tout seul. Mais son regard me rendait légèrement inconciente. Je disais des choses que je n'aurais jamais dit si j'étais complétement consiente de mes actes.

"Tu le connais...même si tu n'es pas une résidante de forks. "

Ça parraissait. Elle avait un léger accent Italien.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forkstentation.forums-actifs.com
Anika Volturi
Volturi's sins
avatar

Féminin
Nombre de messages : 297
Age : 26
Localisation : dans cette bulle imaginaire qui est la mienne ...
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Sam 6 Sep - 11:12

Leurs yeux restaient comme scotché, ne pouvant se detacher du regard de l autre ... Cette fille ennervait de plus en plus Anika, bien qu'elle parvenait à garder son calme, maintenant qu'elle l'avait à peu près retrouvé ...
Cette petite garce ne voulait pas lui dire la vérité, et de plus, elle cherchait, malgrè sa peur, à en savoir plus sur son agresseuse. Elles'était rendue compte qu'elle ne venait pas d'ici. Ce qui en effet n'était pas très difficile à deviner. Comme elle l'avait affirmé en parlant d'Edward, il était tout bonnement impossible de ne pas se rendre compte de la présence de personnes comme elle. Mais elle ne lui dirait rien. Au pire, elle penserait qu'elle a juste un accent, et n'aurait rien d'autre comme indices !
Mais cela ne la perturbais pas tant que cela. Elle cherchait à connaître la raison du mensonge, car elle ne disat pas la vérité. L'italienne le sentait, cela se voyait é travers les prunelles remplies d'effroie qu'elle lui montrait. Mais il semblait être impossible de lui soutirer la moindre informations, elle se braquait totalement !!
Comment pouvait elle parvenir à lui faire dire son nom ...

Anika- Ecoutes, ma belle. Inutile de me cacher la vérité, je le saurais aussi tôt. Toi même tu viens de dire que tout le monde se connaissait, dans cette petite ville. Il me suffira de demander ton identité aux habitants des premières maisons aux allentours. Tu veux m'accompagner ?

Le regard de la jeune fille se porta dirctement sur la premiere batisse. Un leger sourire s'était installé sur ses lèvres, bien qu'il ne fut que très fugasse. Mais Anika avait comprit, cette maison était sans aucun doute la sienne. Sa famille s'y trouvait, et il suffirait qu'elle leur raconte ce qui lui était arrivé pour que l'inconnue soit arrêté. Telle devait être la réflexion de ce corps tout chaud contre elle. Anika ricana.

Anika- Tu te souviens du chat qui t'a amené ici ? Cela s'appelle une illusion, et c'est moi qui l'ai créée. Si je viens jusqu'au seuil de ce lotissement et que quelqu'un ouvre, il te verra propre comme un sous neuf, et surtout pas couverte de blessures comme tu l'es en réalité. Je ferais croire que je t'ai retruvé dans la forêt, ce qui ai d'ailleur la vérité en quelques sortes, et tu te fera gronder. Dans la conversation, ton prénom sera placé, et cela me suffira pour avoir ton identité et aller voir Edward pour savoir qui tu es pour lui ... Qu'en dis tu ?




{désolée, c'est court >.< mais pas le temps de faire beaucoup plus, la miss ...}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://menkinda.skyrock.com/
Isabella Swan
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 27
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Sam 6 Sep - 20:15

Nous étions près de chez moi. Je reconnaissais l'endroit, et je me sentie d'un côté bien plus en sécurité, songeant que je n'avais plus à retrouver mon chemin à travers cette forêt qui me semblait, quelques minutes plus tôt, mon tombeau. J'y avais cru fermement. Pourtant je ressentais une peur incotrolable et pourtant, je savais que je rêvais. Les vampires n'existe pas. Il fallait que je me le répète une bonne dizaine de fois, car plus le temps passait, plus j'avais du mal à me croire. Comment pouvais-je imaginer une femme aussi terrifiante. J'ai l'imagination fertille, mais fallait pas non plus pousser le bouchon trop loin. Mon esprit contradictoire ne suivait plus vraiment ce qui se passait à l'exétérieur de son cerveau. Ainsi, je manqua le début de la phrase que cette ange avait prononcer. Elle me dit qu'elle allait savoir la vérité bientôt et ma bouche s'ouvrit pour dire:

" Quoi?"

Les paroles que j'avais manqué fut enfin décoder par mon cerveau. "ma belle" disait-elle. Si elle savais qu'elle étiat si proche de mon nom. Bella, on changeait le e par un a et voilà, elle le savais mon foutue nom! Mais je ne voulais pas que mon père, ou les voisins, soient en danger à cause de moi. J'étais assez gafeuse, fallait pas en rajouter. Elle avait peut-être du se taire, rester muette, et s'enfuir alors que cette femme ne la tenait plus entre ses griffes. Malgré tout, j'étais paralisé, et mes pieds ne voulaient plus répondre à mes ordres. Je la vis vers un pas, vers ma maison et mon coeur s'emballa. Je ne pouvais pas la laisser faire du mal à Charlie qui devait dormir maintenant.
Je m'interposa entre ma maison et dit, ma peur apparente:

" Non!"

Pourtant je n'avais pas l'intention de lui dire mon nom. Un rêve ne devait pas savoir ce genre de chose. je m'imaginais bien que cela se retournerai bientôt vers moi, mais que devais-je faire alors? Je pris le risque de rester silencieuse, pour le moment. De toute façon, cette fille n'avait toujours pas fini de parler.

Bien entendu que je m'en souvenais, je l'avais trouver mignon, mais c'était lui qui l'avais mit dans ce pétrain. J'eu envit de lui demander pourquoi elle m'avait enmener dans la forêt, qu'elle m'y avait attirer. Je n'avais rien de bien spécial! Un vampire avec des pouvoir illusioniste maintenant! Mais où était donc passer nos bon vieu buveur de sang qui craignait le soleil? Elle en parlait et la douleur me revint de plus en plus. Mon bras était douloureux, j'avais du mal à sentir mon épaule. Mon bras était collé à mon corps, et j'évitais de le bouger. Avais-je l'air aussi abimée que cela?
j'avais du mal à croire ce que j'entendais. Je lui répondis alors:

" Non...ce n'est pas la peine. Pourtant mon nom ne te sera pas très utlile. Mais nous ne sommes pas obliger de meller les gens dans notre...conversation."

J'étais curieuse de savoir d'où elle connaissait Edward mais ce n'était toujours pas le moment de lui demander. Je savais que je n'aurais jamais dû faire cela, mais voilà, je le fit doucement. Sans pour autant dévoilà mon nom de famille. Fallait pas exagéré n'est-ce pas?

" Bella."

Dit-je simplement. Je baissa les yeux vers le sol...Encore une fois je revis le visage d'ange du jeune homme aux yeux topaze. je me dis qu'une visite chez Edward s'imposait, il fallait que je lui parle de cette fille. * tu rêves imbécile, lorsque tu te réveilleras, tu te rendras compte que tout ça vient de ton cerveau. *

" Puis-je savoir votre nom? "

Attendez, un pas...un autre et je serais hors d'atteinte. Ne disait-on pas que les vampires ne pouvaient entrer chez les gens sans leurs permissions? Je pouvais toujours m'essayer. Sans attendre de réponse, je partie en courrant vers une maison quelqu'on que. Manquait plus que cette femme savait où j'habitais ><'.


( pas super moi non plus T_T)

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forkstentation.forums-actifs.com
Anika Volturi
Volturi's sins
avatar

Féminin
Nombre de messages : 297
Age : 26
Localisation : dans cette bulle imaginaire qui est la mienne ...
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Dim 7 Sep - 10:52

Apparement, son discours avait porté ses fruits. Bien qu'elle avait du les lui répéter, l'humaine avait enfin saisi l'horreur de ses paroles, et en croyait toute la véracité. Le regard de la jeune fille passait d'elle à la maison la plus proche, un eclat de terreur au fond de la pupille. Oui, elle devait habité là ... Et elle redoutait de sonner chez elle, accompagné d'une inconnue qui avait manqué de la tuer plusieurs fois en moins d'une heure ... Et surtout que la dite inconnue pouvait faire en sorte d'hypnotiser les membres de sa famille !! Ses pensées devaient la torturer, elle qui ne comprenait rien à la situation ... Elle était totalement effrayée qu'il puisse arriver malheur à ses proches, et elle restait tétanisé en y songeant. Il était indeniable que cette fille au long cheveux blond et à la peau immaculé pourrait si elle le souhaitait, détruire toute la maisonné pour obtenir ce qu'elle voulait.

Anika souriait toujours, en la regardant. Elle prenait maintenant plaisir à la vue de cette jeune fille paralisée aux près d'elle. Elle ne bougeait plus, ne semblait même plus respirer. L'Italienne rit interrieurement, et dans un mouvement gracieux, se dressa sur ses jambes, dominant totalement la silouhète recroquevillé de la mortelle. La nuit les entourait, l'ombre les protégeait ... Puisqu'elle ne pouvait plus bouger, elle n'avait qu'à se rendre elle-même au portillon et demander de l'aide pour savoir qui était cette maudite gausse !! Sur un ton enjoué, elle s'adressa à elle pur lui exposer son plan.

Anika- Ma belle, je crois que je ne peux compter que sur moi pour parvenir à mes fins ... Tu ne veux pas me dire qui tu es ? La personne qui m'ouvrira pourra bien me renseigner, ne crois tu pas ? Restes bien tranquilement ici, on va venir te chercher ... Douce petite créature ...

Elle fit un pas, théâtralement, attendant une réaction qui ne tarda pas à arriver.
Tout d'abord, elle entendit le rytme cardiaque de cette pauvre chose s'amplifier et rater un batement. Elle bondit sur ses pieds, et vint se placer entre la vampire et sa maison. Son effroi se liser facilement sur tous les traits de son visage : elle avait même blémit. Le coeur au bord des lèvres, elle cria :

Voice- non !

Bien qu'elle n'en attendait pas moins d'elle, elle fut surprise que ce corps précédement sans mouvement se soit mouvé si vite alors qu'elle était dans un état casi léthargique ... Doublé à sa peur, il y avait comme un début de colère. Elle qui croyait rêver devait être en train de s'ennerver contre son imagination beaucoup trop fertile !

Anika continua de parler ( oui, je n'avais pas comprit ce que tu avais écrit !! doncmon second parlé, il est ici, c'est a ? hihi )

Anika-Tu te souviens du chat qui t'a amené ici ? Cela s'appelle une illusion, et c'est moi qui l'ai créée. Si je viens jusqu'au seuil de ce lotissement et que quelqu'un ouvre, il te verra propre comme un sous neuf, et surtout pas couverte de blessures comme tu l'es en réalité. Je ferais croire que je t'ai retruvé dans la forêt, ce qui ai d'ailleur la vérité en quelques sortes, et tu te fera gronder. Dans la conversation, ton prénom sera placé, et cela me suffira pour avoir ton identité et aller voir Edward pour savoir qui tu es pour lui ... Qu'en dis tu ?

L'incompréhension s'affichait maintenant chez elle, à fure et à mesure qu'elle lui expliquait tout cela. Surprenante était la capacité des humains de montrer tous les sentiments qui les traversaient en même temps ! Des questions semblaient défiler dans sa tête, trop rapide pour qu'elle puisse les ennoncer ... De toute façon, la crainte de cette folle à liée l'aurait empêché de les pauser ... Pourtant, quand l'italienne eut finit de parler,elle bougea les lèvres, et ayant récupérée l'usage de la parole, et lui répondit.

Voice- Non...ce n'est pas la peine. Pourtant mon nom ne te sera pas très utlile. Mais nous ne sommes pas obliger de meller les gens dans notre...conversation.

Anika sourit, et découvrit ses incisives. Elle était heureuse d'avoir une '' proie'' - même si elle ne pouvait pas la tuer ... - qui avait le sens de la répartie. D'ailleur, elle la vit baisser la tête, et sa bouche remua pour prononcer un prénom : le sien ... Elle le murmura tout doucement, comme un aveux, que personne n'aurait pu entendre ... Malheureusement elle avait en face d'elle une vampire aux sens dévelopé, et qui avait soif de connaître son identité ...
Elle se nommait Bella !! Anika rit d'elle, elle avait était si près en la surnommant sa belle ... Elle était tellement heureuse d'avoir eu ce passeport pour une enguelade avec son cousin qu'elle ne prit même pas la peine de répondre lorsque cette Bella lui demanda son nom. De toute façon, cette fille croyait rêver, alors il serait stupide qu'un monstre cauchemardesque ait un nom.
La créature de nuit ferma les yeux, respirant à pleins poumons le parfum ennivrant de Bella. Elle attendait que cette dernière s'enfuit, maintenant qu'elle avait son nom. Et puisqu'il n'y avait pas plus silencieux qu'elle, et plus discret, il lui suffisait maintenant de la suivre tranquillement sans se faire voir. Elle devait faire en sorte que toute personne rencontrant la jeune humaine ne voit pas chez elle une seule blessure ... Il faudrait ensuite qu'elle fixe une hypnose globale sur tout le mmonde en attendant que son corps se restructure et se répare tout seul ... Sauf si elle parvenait à faire appel à Carliste, qui pourrait arranger tout cela ...

Enfin, la sang chaud partit en courant. Anika la suivit. Elle trébuchait, les cheveux dans les yeux. Des larmes semblaient couler le lond de ses joues ... Un résidut de la terreur qu'elle avait éprouvée ... Elle courait, et pourtant, ne se rendait pas chez elle, cette maison ou elles avaient failli se rendre ... Ou diable l'emmenait elle ??!!

[ pour une fois, je me sens assez contente de moi ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://menkinda.skyrock.com/
Isabella Swan
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 27
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Lun 29 Sep - 19:38

Je ne savais pas si l,idée de ne pas entrer chez moi était mauvaise ou non. En fait, je n,avais plus aucune idée où je devais me rendre. Évidement, mes pensées s'envolèrent vers un certain Cullen, et je me sentie plutôt mal-à-l'aise d,être aussi accroché à lui. C'était impenssable. J'étais toujours rendue chez lui. Je me souvint la dernière fois, une certaine personne m'avais ouvert la porte et j'avais eu l'air de déranger plus qu,autre chose. Je n,avais jamais cru être capable de me sentir aussi "où je ne devrais pas être." J'espèrais que mon père ne se réveille pas, ni les voisins,( les peu qu'on avait) par tout ce boucant que je devais faire en parlant aussi fort. Ils auraient sans doûte cru, à la vu de cette ange, je voulais dire ce vampire, à un simple mirage car leurs pensées étaient encore dans la brume d'un doux rêves dont j'aurais espéré me retrouver. Dans les bras de Morphée.
Je courrais aussi vite que je le pouvais, mais comme cetain d'entre vous le savez, j,étais nulle en sport et encore moins quand je sentais que j'allais y rester. ( même si mon instinct de survie...était pas mal merdique, juste en voyant que je suis sortie dehors à cette heure.) Je ne voulais pas mettre mes amis en danger. Je ralentissais, trébuchait sur ce sol rocailleux. Je n'en peux plus, mon coeur bat la chamade. J'étais tellement loin de chez moi...Les Cullens. Il fallait absoluement que je me rende chez eux. Je le sentais, c,était bien là où j'allais être le plus en sécurité, ( pourquoi?) de plus, monsieur Cullen ( le docteur) pourrait surement me recoller un peu...j'avais l'air d'un papier chiffoner...><' Ma voiture...non je ne pouvais pas prendre ma voiture, cette fille allait la revoir...Bon, je n'.étais pas du genre à en voler une mais il fallait absoluement que je m'en sorte. mon père...était de toute façon le cherif. Celle de gauche, je remarqua que la porte était dévérouiller.

Vous ne le saviez pas, et moi même j'eu du mal a y croire mais je réussis à m'installer derrière le volant. Comment savais-je faire démarer ma voiture? Ah ah, j'avais un ami à Phoenix qui était bon en mécanique. Il travaillait à temps partiel, en même temps que ses études, dans la mécanique et il avait dû, sans les clés, faire partir une voiture. ( Évidement,il avait cru que j'en aurait peut-être eu de besoin un jour...) S'il avait su....J'avais pris un peu d'Avance avant cette femme et je finis par voler cette voiture. aLors voilà, je pouvais peut-être m'en sortir. j'appuya sur le champignon. La voiture filla de toute vitesse et fit crisser les pneues. ET voilà, maintenant, je me fais remarquer. J'avais les mains qui tremblaient. Je conduisais comme un pied. Je tourna le coin à gauche puis à droite maintenant. Encore un peu plus loin, plus loin...plus loin. Je fis quelques détours et m'arrêta enfin devant la maison des Cullens. Je claxonna ( ils étaietn les seuls dans les environs)

Je vis que je n'avias pas pris la peine m'attacher, et je m'en foutaie complètement. J'étais à quelques pas de la porte lorsque je la vis. Son visage colérique, j'en avais peur.
Je ne savais pas si tout le monde m'avais enfin entendu. C'était peine perdu.
* On peux dire que j'ai le don de me mettre les pieds dans les plats. Si je m'en sors...*

J'entendis alors un grincement de porte qui souvrit sur...

( voyons voir comment les cullen réagiront...XD désolée pour le mini rp ^^je déplace le sujet ^^)

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forkstentation.forums-actifs.com
Jasper Hale01

avatar

Féminin
Nombre de messages : 165
Age : 26
Localisation : Eh...Cherchez-moi je suis pas une statue ^^'
Date d'inscription : 22/08/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Mer 1 Oct - 21:00

Il était tard, pas la peine de le nier, à cette heure-ci, les humaines devaient sûrement dormir. Sûrement? Non, fort probablement, c'était une certitude. C'était une nuit assez sombre et même fraîche. Mais bon, qu'est-ce que cela pouvait bien faire si il fesait chaud ou froid? Depuis 164 ans Jasper ne fesaient plus la différance, ne sentait plus le vent frais caresser son visage maintenant aussi blanchâtre que la craie et ses cheveux dorés. Ce soir, ce fut une soirée assez tranquille chez les Cullens (et les Hales du même coup). Ils n'avaient pas fait grand chose en fait : Emmett avait écouté le match de baseball à la télé avec lui, Edward et Carlisle était revenu tard du travail ce soir et Esmée avait fait un peu de ménage. Quant à Rose et Alice, elles avaient fait un peu de tout et rien, elles parlaient et bon, elles s'occupaient.

La nuit venue, ils n'allaient pas se coucher, ça c'est certain. Les vampires ne dormaient pas. Alors Jasper passa la nuit dans le salon , sur le confortable fauteuil à faire ses devoirs. Quel ennui quand même. Mais bon, au moins, cela allait être fait hein? Puis le salon s'évacuait à mesure que le temps avençait, mais le ''jeune'' blond ne s'en rendit pas compte, trop conscentré par son travail. Cependant, il entendit un bruit qui le fit sursauter si violamment que son manuel , son cahier et son crayon tombèrent sur le sol. Puis il se leva et regarda par la fenêtre et vut ... Isabella Swan? Mais qu'est-ce qu'elle fesait là?? Et qu'est-ce qui lui prenait de claxsonner comme ça à une telle heure? Une chance qu'ile sn'avaient pas de voisins parce que sinon...

Il pensait à tout cela mais Bella continuait de claxonner et c'est là que Jasper vut la raison pour laquelle Bella claxonnait. Anika Volturi. Il l'avais rencontrée l'autre jour et elle semblais ne pas aimer beaucoup notre vampire blond. Mais Jasper avait peur de lui ouvrir : après tout, il avait du mal avec le sang humain, et si elle était blessée? Et si il fesait une bêtise? Mais il vut le danger que courrait Bella et Edward ne le pardonnerais jamais. Ainsi, Jasper ouvrit la porte.

-Bella! Viens viite!!

Puis il regarda Anika, intensément. Pourquoi? Pour la calmer. Il la sentait comme la première fois qu'il l'avait rencontrée. En colère. Mais cette fois, elle avait soif, elle voulait Bella. Une chance que Jasper était allé chassé la veille sinon ils auraient eus un petit problème. Jasper invita Bella à entrer, elle allait sûrement voir Edward à l'intérieur? Puis il calma sa colère. Certes, il ne pouvait rien faire pour sa soif, mais au moins, elle ne serait plus en colère et sûrement plus calme?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anika Volturi
Volturi's sins
avatar

Féminin
Nombre de messages : 297
Age : 26
Localisation : dans cette bulle imaginaire qui est la mienne ...
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Ven 3 Oct - 3:41

Elle courait vite. Bella avait prit possession d'une voiture qui ne devait pas être la sienne, car sa conduite n'était pas si assurée qu'elle aurait dû l'être. Mais que cela soit la sienne ou non, ce n'était pas un problème. Tout ce qui comptait à présent était de ne pas la perdre de vue. Tâche aisée pour un vampire, elle accompagna l'automobile sur le côté de la route, courant sans perdre alleine, et sans cligner d'un oeil. Son jeu l'amusait ...
Soudain elle se rendit compte qu'elle connaissait ce trajet, qu'elle l'avait emprunté plusieur fois depuis son arrivée a Forfs. Elle sourit de toutes ses dents. Comme elle l'avait préssenti, cette humaine se rendait directement dans le seul lieu sur qui éxistait; elle allait chez les Cullen. Ironie, son instinc la menait dans un repère de vampires ... Mais justement le seul lieu qui pouvait la protéger d'Anika.
Mais cette dernière ne s'en formalisait pas tant que cela. Elle ne comptait pas se nourir de son sang, elle souhait au départ seulement jouer un peu avec elle. maintenant, elle comptait apprendre quel était le lien qui unnissait cette sang-chaud à son cousin. Et le manoir était sans nul doute l'endroit où elle pourrait l'apprendre le plus rapidement.
Bientôt arriva le sentier caché, et la voiture fit une embardé pour le pas le louper. A toute allure, Bella fonça sur la bâtisse, et donna un grand coup de frein devant la porte. Avec toute la rage que lui donnait le desespoir, elle se mit a klaxoner le plus fort qu'elle pouvait. L'Italienne se posta dans un angle de vue, afin que sa présence puisse encore effrayer la jeune fille. Elle riait de la voir si enragée. Mais brusquement, elle senti un mouvement derrière les murs de la demeure, et elle reconnu l'aura intense de celui qui se prénommait Jasper. Elle enragea d'un seul coup. Soudainement, la colère l'envahissait. Elle se mit a réagir comme une chasseuse qui ne veut pas que sa proie lui échappe, et sa c onscience lui ordonnait de sauter de toute sa puissance sur la carlingue de fer, afin d'écraser cette humaine et la réduire en charpie. Mais elle se containt, et observa la scène, attendant que le Heros vienne sauver la pauvre petite créature ... Ce qui ne tarda pas à arriver, car la porte s'ouvrit sur lui.

Jasper- Bella ! Viens vite!!

Là, la scène se joua comme au ralenti. La jeune fille, les larmes aux yeux, le regarda, une lueur d'espoir innondant son regard. Puis elle tourna la tête vers la source de l'horreur, c'est à dire Anika, qui bouillonnait de rage, mais qui ne bougeait pas. Elle savait qu'elle ne devait rien lui faire, alors elle observait ... Puis Bella tendit la main vers la poignet, referma les doigts dessus, poussa, et après un tempàs d'hésitation, se précipita vers Jasper qui lui tenait la porte. Elle disparue à l'interrieur. Le regard du vampire se fixa intensément sur la Volturi, et elle senti son pouvoir s'insinuer en elle. Elle tenta de résister, pourtant elle se senti tout de même appaisée ... LA porte se referma.

Elle attendi presque une heure, tourant en rond, se calmant un peu ... Puis elle vint frapper à la porte, affichant une bonne contenance, et un sourire angélique.




( desolée, no correction ... j'ai pas le temps, je dois retourner au lycée, j'ai contrôle d'hstoire, et j'ai même pas révisé !!! >.< à la prochaine !! ^^ et ... gomen, c'est très court >.< )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://menkinda.skyrock.com/
Rosalie Hale

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22
Age : 28
Localisation : Au manoir
Date d'inscription : 10/09/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Sam 4 Oct - 5:45

D'un geste ample, Rosalie ramena toute les affaires qu'elle avait sortie de sa panderie en un tas bien soigné, et les remit sur leurs ceintres, fermant la porte du placard dans un claquement sec.
Elle ramena ses cheveux en arrière, avec un soupire exasperé, resta quelques minutes parfaitement immobile, puis réouvrit pour la énième fois les tiroirs de sa commode en bois de chêne.
Ses doigts fins et blancs fouillèrent, arrachèrent, mais toujours aucune trace de ce maudit collier.
Cela faisait plus d'une heure qu'elle était à la recherche de son pendentif, un rosaire d'un blanc autrefois immaculé, taché par les années et l'eternité qui s'offrait à elle.
Bien que l'objet n'ai pas vraiment une véritable valeur aux yeux du vampire, il l'avait accompagné tout le long de ces années, où son existence s'étirait de manière considérable.

Rosalie s'assit sur son lit, les mains sur les genoux, et observa la pièce circulaire d'une colère contenue. Contrariée de ne pas avoir retrouvée ce qu'elle cherchait, et d'y avoir consacré une heure -même si pour l'existence d'un vampire, ce labs de temps ne valait rien.
Elle se pencha en avant, saisie un livre à la couverture lisse, sans autre décoration qu'un titre en lettre blanche sur un fond noir. Elle tourna les pages, son regard survolant les lignes, et au fur et à mesure que ses yeux parcouraient les mots, ses sourcils s'arquèrent.
Elle finit par ouvrire le bouquin au début, et commença une lecture se voulant apaisante et calme
Cela aurait put être le cas, si la voix de Jasper ne brisa pas le silence. Une voix calme, reflechie, où la detresse se pointait légèrement.
Rosalie ferma le livre sèchement. Bella...Isabella Swan ? Que venait elle faire ici ? Cette humaine qui fascinait tant Edward ne manquait pas de culot ! Même si les Cullen n'avaient pas pour habitude de dormir, Isabella n'était pas sencée savoir que le manoir abritait une famille de vampire, et venir les déranger à cette heure ci était tout bonnement inconcevable.
La femme se releva souplement, ramena une mèche folle qui lui barait les yeux d'un geste impatient, et sortie de sa chambre, le pas energique .
Du haut des escaliers, elle pouvait appercevoirla silhouette de son frère et de l'humaine en question. Cette dernière n'avait pas l'air bien, c'était un euphémisme de le constater. Cependant, Rosalie descendit les marches, passa devant Isabella en l'ignorant superberment, et s'adressa à Jasper d'une voix plus aiguë qu'a l'ordinaire.


"-Que fait-elle là ?"
Son regard vrillait celui de l'homme, dur et sec, son corps immobile, presque statufié devant tant l'arrogance de la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella Swan
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 27
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Jeu 16 Oct - 1:24

Je tourna mon visage vers la porte qui s'ouvrait. Le visage qui apparaissait dans la pénombre me donna un léger froid dans le dos. La lumière de la lune reflétait sur le visage pâle, très pâle de Jasper. Je ne remarqua pas le doute dans le visage du jeune homme qui venait de presque me sauver la vie. Mon rêve était réaliste. J'avais analysé chaque détails des Cullens et mon inconsient l'avait décrypter parfaitement pour me faire rêver ce Jasper. Il me cria de venir d'entrer dans le manoir Cullen. On ne me le dit pas deux fois, et quelques secondes j'étais dans cette maison qui m'était confortable et sécuritaire. Je regarda autour de moi. Il y aviat quelques lumières encore allumée mais étrangement, je n'entendais personne dormir. Même, je pouvais entendre un légèrement musique venir jusqu'à mes oreilles. Je ne pouvais distinguer quelle était cette musique, mais je ne me l,imaginait pas. Je me dit que c'était normal. À cette heure, les gens devaient dormir, et malgré qu'ils étaient plusieurs dans cette maison, il arrivait qu'une personne était atteinte de insomnie. J'étais donc dans la maison des Cullen et décida de rester ( enfin le plus que je le pouvais) debout. Je n'avais pas l'intention massacrer le Canapé parce que j'étais boueuse. Une bonne douche....comme ça pourrait faire du bien. J'avais plutôt froid. À forks, la température tombait vite surtout par temps d'automne. Mais je tremblais pas seulement parceque le froid avaient pénétrer ma chair, mais bien parce que la peur me tennaillait l,estomac.

J'essaya de prononcer un mot mais j'avais du mal, mes dents claquaient ensemble. Je me tenais les bras, essayant de me réchauffé tnat que possible. J'entendis alors des pas, et bien entendu mon regard ce porta vers l'origine du bruit. C'était Rosalie. Évidement, elle avait ce regard de dédain. Comme dans ma réalité. Ce regard fut bref, car elle m,ingnora pour dire, comme si je n'étais pas là: Que fait-elle là? Si j'avais eu la force, et la capacité de parler, j'aurais dit une de ces conneries du genre:< je me fait cuire des guimauves et j'ai envie de partager avec vous à l'extérieur. j'ai fais un grand feu ! > Mais comme j'étais épuisée ce fut vain. Était-il seul dans la maison? Peut-être allait-il avoir d'autre Cullen qui apparaitra dans les prochaines minutes.

Malgré le fait qu'il faisait froid dans le manoir, je réussis à cesser de faire claquer des dents et prononça tant bien que mal:

" Vampire...Elle...vampire. Je...ne savais pas....où aller...Voulais pas mettre ma...famille ...en danger. "


J'étais mal en point. Des bléssures un peu partout. Mon corps était douloureux d'un peu partout. Mon pyjama n'était plus dans un état pour que l'on appelle cela un Pyjama. ( que le dieu des pyjamas ait son âme) Ma veste était presque en lambeau. Mes cheveux ressemblaient plutôt à un amas de poussière, de bout de bois et de boue.

" Je...suis...désolée...déranger à..cette heure..."

Je regarda Jasper dans les yeux, démontant toute la peur qui m,habitait et continua:

" Connait Edward...cette fille...Lui dire...qu'elle est un vampire...."

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forkstentation.forums-actifs.com
Jasper Hale01

avatar

Féminin
Nombre de messages : 165
Age : 26
Localisation : Eh...Cherchez-moi je suis pas une statue ^^'
Date d'inscription : 22/08/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Sam 18 Oct - 16:46

La pauvre Bella était très mal en point. Elle avait du mal à parler et quand Rose it son entrée, Jasper la regarda et soupira.

-Anika Volturi a eut envie de nous rendre une petite visite ce soir...et elle a eut envie de...Bella.

Il regarda Bella. La pauvre.

-Rose...Edward n'est pas là??

Puis il sentit l'odeur du sang que dégagait Bella. Jasper ferma les yeux un moment pour tenter de se calmer. Il retint sa repiration et alla à la porte pour aller voir Anika qui cognait.

-Bonsoir Anika...

Il la regarda, intrigué. Bella étant au moins plus loin alors son odeur ne le tracassait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anika Volturi
Volturi's sins
avatar

Féminin
Nombre de messages : 297
Age : 26
Localisation : dans cette bulle imaginaire qui est la mienne ...
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Dim 19 Oct - 9:30

[ réponse rapide, car je n'ai pas le temps de faire mieux ... T.T ]

Elle l'avait regardé entrée voilà plus d'une trentaines de minutes, et avait décidé d'attendre patiemment quelques minutes encore avant de s'avancer vers la grande maison et de frapper pour annoncer sa présence. Quand alors une autre demi-heure se fut écoulée, elle s'avança prestament sur le péron, et, arborant un sourire des plus charmeur et angélique, toqua quatre coups net. La porte vibra, et derrière, le son se répercuta contre les murs de l'entrée, dans un echo digne d'une cathédrâle ... Enfin, on vint à sa rencontre, et on lui ouvrit. Le même visage que précédement apparu.

Jasper--Bonsoir Anika...

Anika- bonsoir Jasper ! Quelle belle nuit avons nous là ! Je sais, je reviens un peu tardivement, mais tu vois, j'étais occupée, alors ...

Ses prunelles se fixèrent dans les yeux du vampire, rieuses, moqueuses. Elle attendait de l'entendre lui faire la morale, ou juste qu'il lui fasse une remarque. Mais elle était surtout impatiente de voir son cousin, et de comprendre la relation entre lui et la charmante demoiselle qui était venue se réfugier par ici. D'ailleur, où était elle, celle-ci ? Elle regarda par dessus l'épaule de Jasper, et découvrit Bella sous la lumière blafarde du lustre. L'éclairage donnait une tonalité cru à la scène, et on pouvait aisément saisir l'horreur qui se trouvait chez cette humaine. Elle était dans un mauvais état, et des larmes perlaient le long de ses joues, sans qu'elle ne puisse vraiment faire quelque chose pour les retenir. Cette vision choqua soudainement l'italienne, lui causant un tant soit peu de peine ... Mais elle se reprit vite : elle était un vampire, et de surcrois, une Volturi ! Elle n'avait pas à éprouver de la pitié pour les êtres qu'elle décidait de tourmenter, et seulement ressentir du plaisir ...


[mille fois désolée ! vraiment pas possible de faire mieux pour l'instant >< coincée entre deux recherches, c'est tout ce que je peux faire ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://menkinda.skyrock.com/
Rosalie Hale

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22
Age : 28
Localisation : Au manoir
Date d'inscription : 10/09/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Jeu 23 Oct - 15:59

Rosalie regarda son frère. Puis Isabella -d'un coup d'oeil furtif et glacial-, et Jasper derechef. Les phrases de l'humaine, bien que hachurées, s'immisçaient dans le cerveau de la Vampire avec horreur. Qu'avait donc fait Anika pour la mettre dans cet état ?
Mais, peut importait ce qu'elle lui avait dit, ou fait. Le résultat était là : si elle n'en avait l'air pas vraiment convaincue, Isabella affirmait qu'Anika était une vampire. Ce qui était juste, bien entendue. Mais ça ne devait pas l'être pour les hommes, qui n'étaient pas censés être au courant de quoique se soit. Et voilà qu'une Volturi s'amusait à dévoiler leur secret à tous, à peine arrivé à Forks ! Dieu quelle ironie...



"-Un vampire ? Mais voyons, Isabella, cela n'a aucun sens."


Rosalie s'était tournée vers la jeune fille en question, et son regard oscillait entre la pitié et la dureté. Toute fois, son ton était maitrisé, sans anxiété apparente, bien qu'elle ronronnait durement au creux de la poitrine de la blonde.
Tout en continuant de fixer Isabella, Rosalie répondit à son frère :



"-Je n'en ai aucune idée, Jasper. Edward ne prend pas la peine de m'informer de ses sorties"



Les commissure de ses lèvres se rehaussèrent en un sourire calme tandis qu'elle accompagnait du regard le geste de Jasper pour ouvrir la porte. Anika attendait, affichant son air angélique et innocent, sur le seuil de la porte.
La Volturi répondit aux salutations de son frère avec engouement, et Rosalie devança Jasper pour les politesses.



"-Et nous sommes ravis que tu ais trouvés une occupation à ton goût, Anika. Entre donc, et rassure notre chère Isabella. La pauvre affirme que tu es un vampire !"


Elle vrilla un regard hostile à celui de la "jeune" femme, et la laissa entrer.
De tout les vampires résidents actuellement chez les Cullen, Anika était surement celle que Rosalie aimait le moins. Elle aimait sa nature monstrueuse, et prenait plaisir à chasser.
Carlisle ne lui avait-il pas expliqué leur mœurs ? Il était interdit de chasser, sur leur territoire, dans tout les cas. Avec ces maudit Black qui se trouvaient être leurs proches voisins, le pacte était si fragile que la moindre erreur, le moindre faux pas le briserait surement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella Swan
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 27
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Sam 8 Nov - 15:11

( hum est-ce qu'on continue le sujet ^^?)

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forkstentation.forums-actifs.com
Anika Volturi
Volturi's sins
avatar

Féminin
Nombre de messages : 297
Age : 26
Localisation : dans cette bulle imaginaire qui est la mienne ...
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Dim 9 Nov - 7:53

[ ben oui !!! on attendais un post de toi !!! le sujet n'est pa finit, il ne le sera que lorsque tu sera rentrée chez toi ... ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://menkinda.skyrock.com/
Isabella Swan
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 27
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Dim 9 Nov - 19:26

c'est à mon tour? 0_0 ohh crootttee oki ben je répond dès que j'ai 2 minutes.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forkstentation.forums-actifs.com
Isabella Swan
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 27
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Lun 1 Déc - 22:01

Personne, absolument personne n'avait fait attention à ce que j'avais dit! VAMPIRE! Mais il fallait être idiot pour ne pas comprendre ce mot. Je vis cette Anika me fixer moi qui avait peur d'elle et de l'autre ou je me sentais en sécurité chez les Cullen. Occupée? C'était un mot bien comique venant de sa bouche. Affamée oui. J'avais plus peur pour mon père et encore plus pour Edward qui connaissait Anika. Mais tout le monde dans cette maison savait qui elle était. Et son secret? Edward, je ne me permettrais pas qu'il lui arrive quelque chose alors que j'Aurais pû intervenir. Et moi dans tout ça? Je me rendais bien compte que ma mort importait peu s'il pouvait ne rien arriver aux gens que j'aimais.
Enfin, Rosalie m'adressa la parole, mais pas pour approuver mes dires. Au contraire, ça n'avait aucun sens, celon elle. Bravo, maintenant, je me faisais passer pour folle.

" C'est vrai..."

Ces mots s'étaient échapés de ma bouche dans un murmure d'ahurrisement. Lorsque j'appris qu'Edward n'était pas chez lui...sur le coup, je me suis demandée ce qu'il pouvait bien faire à 3h00 du matin...Mais il était un adolescent et devait sans doute fêter avec d'autres personnes. J'avais été idiote de croire qu'il serait là. J'attendais alors la réponse de Rosalie à Anika et je ne pû m'empêcher de me dire: * je ne suis pas une attraction...* Je fis un léger soupir et resta debout, le plus loin possible de mon agresseur. Je tiqua aussi légèrement lorsque j'entendis mon nom au complet. Décidement, je préfère nettement Bella. Enfin bon.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forkstentation.forums-actifs.com
Anika Volturi
Volturi's sins
avatar

Féminin
Nombre de messages : 297
Age : 26
Localisation : dans cette bulle imaginaire qui est la mienne ...
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   Ven 30 Jan - 6:49

( réponse rapide pour faire avancer, hein ... ce ne sera pas du grand art ... )

Anika afficha une expression victorieuse. Bien qu'elle ne portait nullement Rosalie dans son coeur- ce qui était réciproque ! -, elle devait bien reconnaitre qu'elle lui était utile à ce moment là. Elle lui fit un grand sourire, alors même que l'autre blonde la fusillait du regard, et accepta sa proposition. Elle entra donc dans le hall, fixant toute son attention sur l'humaine. Le coeur de cette dernière avait des ratés. Normal, lorsque la pure terrreur l'étragnait avec une si grande violence ! Elle suait la peur si fortement qu'Anika mourait d'envie de boire son sang ... Mais elle se retenait, ce n'était ni le moment ni l'endroit ... et puis il lui fallait tout d'abord les explications de son cousin ! Où se cachait il, celui-ci ... elle ne l'avait pas encore vu depuis son arrivée ... Et de plus, elle n'avait point le droit de mordre dans la chair tendre d'un humain dans les environs ! Arg, que c'était dur de devenir végétarien ... Elle ne se souvenait pas de tant de peine ...

Donc. Elle avança, marchant vers cette Isabella ... Son pas leger l'amenna rapidement à ses côtés, et de son sourire carnassier, elle lui dit ces quelques mots :


Anika- Mais non ma belle ... Tu te trompe, tu sais ! Ou vas tu chercher tout cela ?!

Elle parti d'un grand éclat de rire. Dans son dos, elle sentait le désaccord des deux autres vampires ... Mais ce n'était pas important : elle s'amusait bien trop !
POurtant, si elle ne pouvait pas tuer cette sang-chaud ... Il allait falloir lui faire croire qu'elle avait rêver ... Si Aro venait à apprendre qu'elle avait mis au courant un humain de leur existence, elle pourrait payer sa faute de son immortalité ! Et tomber dans les ténèbre à jamais ... Elle ne souhaitait ce sort à aucun vampire ... Même pas l'un des nouveau Cullen !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://menkinda.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..   

Revenir en haut Aller en bas
 
la maladie du Isabilisme aigu,toujours aller où faut pas..
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Toujours aller de l'avant...
» Nous nous y reprendrons à deux fois avant d'aller danser (Haley) - Terminé
» Damias- je viserai toujours la lune , faut juste que je trouve une bonne echelle ;p ( en cour)
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fascination :: Forks :: Les Résidences :: Manoir des Cullen :: Devant le manoir-
Sauter vers: